Déontologie

Ordres communautaires et Ordres d’avocats : un pour tous, tous pour un

INTRODUCTION

Soyons lucides, les discours et les réflexions sur les institutions servent en grande partie, à dissimuler l’échec du régime qui précède, c’est-à-dire l’échec de ceux qui le composaient mais aussi de ceux qui en sont les sujets. En réalité, le succès dépend essentiellement des hommes, de la prise de conscience par ceux-ci des avantages bien compris des effets de la solidarité et, enfin, de la conscience de ce que le confort ambiant doit être bousculé pour faire face à l’extraordinaire développement de l’humanité et de la planète.

Glasnost : la seconde mort d’Antigone

« Le secret ce n’est jamais beau, c’est ce que l’on cache, que l’on a intérêt à cacher » disait, il y quelques mois, par provocation, au cours d’un symposium consacré au secret professionnel, le Bâtonnier Keïta, d’Aix-en-provence.

Le secret c’est l’hypocrisie, c’est la dissimulation de nos petites turpitudes et de nos grosses fraudes.

Le secret c’est l’arbitraire du pouvoir, les petites magouilles et les grandes arnaques, la corruption, le détournement du bien public, la machine aveugle hors de tout contrôle, le procès de Joseph K.

Erin Brockovich contre l’Ordre de Cicéron (sur la licéité de l’honoraire de résultat)

L’article 36 du décret impérial du 14 décembre 1810, contenant le règlement sur l’exercice de la profession d’avocat et la discipline du barreau, édictait une interdiction particulièrement nette : “ Nous leur (lire : aux avocats) faisons pareillement défense de faire des traités pour leurs honoraires, ou de forcer les parties à reconnaître leurs soins avant les plaidoiries, sous les peines de réprimandes pour la première fois, et d’exclusion ou radiation en cas de récidive ”. On observera que le Conseil de l’Ordre ne se voyait même laisser aucun choix quant à la peine qu’il devait prononcer si les faits étaient établis...

L’avocat : artificier ou anarchiste ?

Ainsi, il arrive que le législateur, sous la pression de l’urgence ou de la vox populi, vote sciemment des lois ambiguës, produits de compromis boiteux entre des tendances qui n’ont pu s’accorder entièrement, débouchant sur des textes que chacune de ces tendances essayera d’interpréter ou de faire interpréter selon ce qu’elle aurait voulu y inscrire, consacrant ainsi autant de fractures entre les intentions proclamées et le résultat obtenu : voyez, par exemple, les multiples compromis linguistiques, et particulièrement, comme nous l’a montré Fred Erdman, ceux qui organisent le statut des communes à facilités...

Pages