Droits de l'homme

Nadia Fiorani, avocate en danger

 

 

 

 

 

 

 

 

Nadia Fiorani est une avocate italienne du barreau de Piacenza.

Nadia Fiorani a été commise d’office au mois d’août pour assurer la défense d’un guinéen de 27 ans, Sekou Souware, accusé d’avoir tenté de violer, en pleine rue, une ukrainienne de 55 ans. Le jeune homme nie les faits, assurant avoir simplement voulu aider cette dame à se relever après qu’elle fut tombée, mais les images des caméras de surveillance ne semblent guère lui être favorables.

Salah Hamouri, avocat en danger

Salah Hamouri, né le 25 avril 1985 à Jérusalem, est un avocat franco-palestinien.

En 2005, il est inculpé en Israël d’avoir projeté de tuer le rabbin Ovadia Yosef et pour son appartenance au Front populaire de libération de la Palestine. En 2008, après trois ans de détention administrative, il accepte une procédure de négociation de peine afin d'échapper à une peine éventuelle de quatorze ans. Il est finalement condamné par un tribunal militaire à une peine de sept ans d'emprisonnement.

Si Thu, avocat en danger

Si Thu est un avocat birman, âgé de 40 ans.

Basé à Mandalay, l’avocat Si Thu est bien connu pour assumer la défense des intérêts des fermiers dans le cadre de conflits environnementaux ou fonciers les opposants à l’armée (notamment à Pyin Oo Lwin, où l’armée veut exproprier des terres pour construire de nouvelles installations). Depuis 2019, il travaille pro bono pour un groupe d’habitants qui s’oppose à la construction d’une nouvelle cimenterie dans le village d’Aung Tha Pyay.

Timothée Mbuya, avocat en danger

Timothée Mbuya est un avocat congolais.

Le 31 juillet 2017, Timothée Mbuya a été arrêté, en compagnie de 6 autres personnes qui organisaient une marche dans le but but de déposer un Mémorandum auprès de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) du Haut–Katanga pour réclamer la publication du calendrier électoral conformément aux accords du 31 décembre 2016. Ils avaient été inculpés de « provocation et incitation à la désobéissance ». Timothée Mbuya fut, un mois plus tard, condamné à 8 mois de prison de ce chef.

Pages