Prête-moi ta plume

  • Récit d'un avocat, par Antoine Bréa

    Récit d’un avocat, par Antoine Brea, Québec, Le Quartanier, 118 p., 13 €.

    « De toute façon, il faut le reconnaître, j’étais dans un état de grande nervosité. J’allais entrer pour la première fois en prison et me tenir en présence d’un assassin. L’idée m’impressionnait et en même temps me plaisait ».

    Un jeune avocat se voit chargé d’assurer la défense d’un kurde, condamné – une quinzaine d’années plus tôt – à trente ans de prison pour un assassinat atroce. Il craint d’être renvoyé en Turquie à l’issue de sa détention, certain qu’il y serait attendu par un comité d’accueil qui n’aurait rien de charmant.

    Cette mission va fortement l’ébranler. Que peuvent réellement un avocat, la justice, le droit, pour un criminel de droit commun immigré, isolé, coupé de toutes ses racines ?

    Il y a une petite musique interne dans ce livre, faite de mélancolie, de solitude et de désespérance.

  • Tabou, par Ferdinand von Schirach

    Tabou, par Ferdinand von Schirach, Gallimard, 2016, 227 p., 19 €.

    « Tu ne comprends donc pas ? Je faisais fausse route. La beauté n’est pas la vérité… La vérité est atroce, elle a l’odeur du sang et des excréments. Elle est le corps éventré, elle est la tête arrachée de mon père ».

    Ainsi se termine Vert, le premier des quatre volets de ce conte (plutôt que roman à mon estime).

    Sebastian von Eschburg avait dix ans quand son père s’est tiré une salve de chevrotines dans la tête. Il est devenu un homme peu sociable, peu cernable, mais aussi un photographe réputé, dont les œuvres s’arrachent à des prix très élevés. La dernière est inspirée par un travail de Sir Francis Galton qui, au début du XIXe siècle, tenta d’isoler les caractéristiques physiques du mal en superposant et fusionnant les photos de nombreux criminels. Il n’obtint que le même résultat que Sebastian lorsque celui-ci fit de même en superposant les corps de dix-huit jeunes femmes : l’image de la beauté.

    Pour lire la suite

  • En cause Alfred Dreyfus contre La légion du déshonneur

    En cause de Alfred Dreyfus contre La légion du déshonneur, par Roger Lorent et Christian Jassogne, UMons, CIPA, 2015, 252 p., 10 € (à commander par courriel à CIPA@umons.ac.be).

    « Aucun de nous ne peut dire qu’il n’y aura plus d’affaire Dreyfus… Parce que nous devons être à chaque instant sur le qui-vive, restons perpétuellement méfiants. Écartons les apparences, discutons les évidences, récusons les bonnes consciences. C’est parce que l’erreur est la compagne invisible et obstinée de la justice que je me suis attardé … dans l’ombre discrète d’un forçat qui était innocent ».

    « Si le milieu professionnel en charge d’une enquête est trop homogène, le risque de la pensée unique transformant une hypothèse en présomption puis en conviction, est important et celui qui se place à contre-courant traverse inévitablement des moments difficiles… ».

    Au moment où j’écris ces lignes, s’ouvre à Istanbul le procès d’Asli Erdogan, à Pékin celui de Jiang Tianyong, à Bujumbura celui de nos confrères Armel Niyongere, Lambert Nigarura, Dieudonné Bashirahishize et Vitale Nshimirimana. Et Ali Shariati et Arash Sadegi, deux pacifistes iraniens, en sont à leurs 70e et 62e jours de grève de la faim dans leurs geôles. Tout comme Raif Badawi en Arabie Saoudite. Quelques noms parmi, malheureusement, beaucoup d’autres…

  • #Advocaat / Avocat

    #Advocaat – Avocat, sous la direction de Jean-Pierre Buyle et Dominique Matthys, Larcier, 2016, 366 p., 75 €.

    « La vraie générosité envers l’avenir consiste à tout donner au présent ».

    Cette phrase est d’Albert Camus. Et ce sont François Glansdorff et Jean-Marie Defourny, les deux premiers présidents d’AVOCATS.BE, qui nous l’offrent, comme une devise.

    Pour les 15 ans des Ordres communautaires, Jean-Pierre Buyle et Dominique Matthys nous livrent ce que l’on peut appeler un « beau livre », enrichi par de nombreuses photographies et reproductions de documents d’époque.

    Pour lire la suite de cette recension,

  • Procédure sauvage, par Vincent Malacor

    Procédure sauvage, par Vincent Malacor, éditions Thomas Mols, 2008, 178 p., 18,5€.

    « Voici qu'on prétend sauver la démocratie en bannissant des mots. Des zones de pensée sont désormais interdites, des convictions prohibées. La liste des idées politiquement correctes se réduira bientôt aux seules fonctions alimentaires. Puis, un beau matin ce sera le silence. Un silence cloué sur les portes d'un parlement désert, tous les mots occultés, les rouages du pouvoir soudés dans les ténèbres ».

    Voici quelques-unes des phrases (aphorismes ?) qui émaillent ce « simple petit polar » écrit par Vincent Malacor, alias Vincent Van den Bosch, avocat bruxellois né à Anvers en 1938, décédé en 2009, quelques mois après sa parution.

    C'est dire qu'au-delà de cette histoire, aux traits parfois un peu forcés, de la journée d'un avocat décidé, contre toute raison, à défier la raison d'Etat, il y a une réflexion puissante sur la fonction de l'Etat, de la justice, de la vérité, une remarquable mise en contexte des rôles des juges et des avocats.

    C'est écrit avec une grande élégance, un extraordinaire sens de la formule. Mais aussi nourri d'expérience. En faut-il plus pour qu’un bouquin rende autant de plaisir ?

    Et, finalement, qui sait s'il n'y a pas dans cette histoire sincère plus de vérité que l'auteur lui-même ne le croyait.

  • Je ne pense plus voyager, par François Sureau

    Je ne pense plus voyager, par François Sureau, Gallimard, 2016, 156 p., 15 €.

    « Les hommes qui ne croient pas en Dieu s’éprennent de mille billevesées, Tertullien l’avait déjà dit, et l’on peut facilement adorer son pays, l’État, l’armée, le corps des ingénieurs des ponts, l’entreprise, le marché ou même le droit. « J’ai fondé ma cause sur rien », écrivait Stirner, et il nous donnait ainsi notre devise . Ce rien-là finit toujours par se déployer en banderoles chatoyantes … ».

    Quels poids dans ces mots. Et comme ils résonnent en ce début de siècle qui a perdu la tête.

    Pour son dernier ouvrage , consacré par le prix Combourg-Chateaubriand 2016, François Sureau a choisi de nous livrer une nouvelle biographie d’un célèbre radical, Charles de Foucauld, assassiné dans des circonstances troubles en 1916, à Tamanrasset aux confins du Sahara.

    Pour la lire la suite

  • De l'avocation à l'avocature, par Aurore Boyard

    De l’avocation à l’avocature, par Aurore Boyard, Fortuna Editions, 2016, 296 pages, 23,99€.

    « L’avocat respecte le secret de l’enquête et de l’instruction en matière pénale, en s’abstenant de communiquer, sauf pour l’exercice des droits de la défense, des renseignements extraits du dossier, ou de publier des documents pièces ou lettres intéressant une enquête ou une information en cours … ».

    C’est ainsi que Maître Léa Dumas répond au journaliste qui lui demande des informations sur le client qu’elle vient d’assister dans une garde à vue. Puissent tous les avocats réagir avec la même clairvoyance…

    De l’avocation à l’avocature est le second volume des aventures de cette jeune avocate, sorte de croisement entre Martine et Bridget Jones (le premier volume, L’avocation, avait été publié aux mêmes éditions Fortuna en 2014), qui arpente les Palais de justice, de Paris à Toulon, en passant par Orléans.

  • Maître Emmanuel Pierrat, avocat à la Cour

    Maître Emmanuel Pierrat, avocat à la Cour, par Emmanuel Pierrat, Glénat Jeunesse, 2016, 120 p., 16,5 €.

    « À Bruxelles, en Belgique, le palais de justice est si imposant que plus le « visiteur » approche de l’entrée, plus il se sent petit et impressionné. Le bâtiment, installé sur un plateau, domine la ville d’une masse si sombre qu’après sa construction « Arkitekt ! » (architecte en flamand, une des langues parlées en Belgique) demeura longtemps l’injure locale la plus à la mode ».

    Décidément, c’est difficile d’expliquer la Belgique à un parisien… (bon, il est vrai que la Belgique, c’est un peu comme le Moyen-Orient : si vous comprenez, c’est que l’on vous explique mal…). Non, Emmanuel, « arkitekt », ce n’est pas du flamand mais du patois bruxeleer ! Et les Bruxellois, ci n’ê nin des flamins… Qu’est-ce que tu racontes à nos enfants ?

    Car cet Emmanuel Pierrat, chers confrères, n’est pas pour vous mais pour vos (petits-)enfants.

    Ils veulent savoir ce qu’est un avocat, pourquoi on devient un avocat, pourquoi les avocats portent une robe, ce qu’ils gagnent, ce qu’il font en prison, pourquoi ils défendent les coupables, ce qu’est un secret professionnel ou un conflit d’intérêts ? La réponse est dans ce livre, joliment illustré par Hédi Benyounès.

    ...

  • Les aventures de Mamadou l'avocat

    Les aventures de Mamadou l'avocat, par Viktor Matayo, éd. La Plume d'Or, Bruxelles, 2016, 458 p., 25 €, également disponible sous format kindle.

    « Je recourrai uniquement aux moyens qui sont en accord avec la vérité et l’honneur. Je conserverai la confiance et préserverai les secrets de mon client. Je veillerai à agir avec sincérité et honnêteté dans le cadre de l’exercice de ma profession, au meilleur de mes capacités. Que Dieu me soit en aide ».

    Ce serment c’est celui que prononce Paul Van Dorpen lorsqu’il est reçu au barreau de New York.

    C’est l’une des origines de cette histoire qui entrecroise les vies de ce brillant avocat d’affaires, de ses associés, bruxellois et américains, d’un chef étoilé, d’un réfugié kurde, d’une masseuse philippine spécialisée dans le SM, de quelques membres de la mafia géorgienne, d’une avocate suspendue reconvertie dans des activités plus luxurcratives, d’un trafiquant de main-d’œuvre chinois qui découvre son homosexualité au contact d’un jeune éphèbe magnétique et confucianiste, d’un commissaire de police profondément catholique et de quelques autres avocats aux fortunes diverses.

    https://gallery.mailchimp.com/d552fd66716b81b8fb8f922cc/files/Les_aventu...

  • Le forain

    Le forain, par Michel Claise, éditions Luce Wilquin, 2008, 222 p., 19€.

    « La criminalité financière, Mesdames et Messieurs, est la métastase de notre société moderne ».

    Pourquoi vous parler aujourd’hui de ce roman policier (au sens propre du terme), paru il y a près de dix ans ? Bon, d’abord parce que je viens seulement de le lire. Mais aussi parce qu’il est peut-être plus actuel que jamais.

    C’est l’histoire d’un petit escroc, plutôt doué, belle gueule, quadrilingue, ancien para, issu de parents modestes, malin voire intelligent, travailleur, d’abord honnête puis dégoutté par une faillite injuste, et alors tenté par l’argent facile, surtout qu’il s’accompagne d’une jolie Greta. Un bête incident. Une rixe dans un bar. Et comme l’agresseur est vraiment agressif, un coup de défense mortel part tout seul, ou presque. En prison, on rencontre des gens sympathiques : un avocat rayé et un ancien légionnaire avec une sœur qui en a bavé, par exemple. Tourne le carrousel.

    https://gallery.mailchimp.com/d552fd66716b81b8fb8f922cc/files/Le_forain.pdf

Pages