Mes billets

  • Demain commence aujourd'hui - Mot du président - 20/02/2014

    Demain commence aujourd’hui.

    D’où venons-nous ? Qui sommes-nous ? Où allons-nous ?

    Aujourd’hui et demain, ce sont ces éternelles questions que le barreau belge se pose, à l’initiative de quelques jeunes avocats liégeois.

    Le colloque Tomorrow's Lawyers est une de ces rares occasions qui nous permettent de confronter notre profession aux exigences de notre société. Il faut être aveugle pour ne pas se rendre compte que les modifications structurelles que les techniques d’information et de communication ou l’internationalisation de l’économie impriment à notre vie sociale ont un retentissement considérable sur les attentes des clients vis-à-vis de leurs avocats.

    Pour illustrer ce propos abstrait par un exemple concret, je me contenterai de mentionner le code de droit économique que le Parlement est en train d’adopter, un peu au pas de charge et, d’ailleurs, trop souvent en négligeant les observations et les critiques, pourtant parfois fondamentales, que nous lui adressons. Nos pratiques vont devoir changer. Et ce que l’on attend de nous, par exemple en matière d’information des clients et de résolution des conflits que nous avons avec eux, modifiera nos habitudes bien plus encore que l’entrée en vigueur de la T.V.A.

    Nous devons être conscients qu’il y a deux demains devant nous.

  • Mot du président - 06/02/2014

    Chers confrères,

    Une grenouille et des pingouins, des dogues et des zèbres, une tortue et des fourmis. Quel jardin extraordinaire !
     
    ***
     
    Sous le titre « La grenouille et les pingouins », j’ai publié dans la dernière livraison du Journal des Tribunaux quelques réflexions sur l’avenir de la profession d’avocat.
     
    Nous laisserons-nous, comme la grenouille, progressivement engourdir par l’eau qui bout, jusqu’à cuisson totale ? Serons-nous au contraire, comme les pingouins de la nouvelle « Alerte sur la banquise », capables de modifier nos comportements pour affronter les défis du village global interconnecté du XXIe siècle et continuer à y jouer le rôle essentiel qui est le nôtre, tout en préservant nos valeurs fondamentales : indépendance, liberté, égalité, solidarité, dignité ?
     
    Il s’agit là de questions fondamentales qui seront encore au centre du colloque Tomorrow's Lawyers, organisé par quelques jeunes avocats liégeois ces 20 et 21 février 2014, et auquel je ne puis que vous engager à participer nombreux.
     
  • Indignez-vous ! - Mot du président - 23/01/2014

    Indignez-vous !

    C’est le bref commandement que nous a adressé, il y a quelques années, le regretté Stéphane Hessel.

    Il est des raisons extraordinaires de s’indigner.

    La situation des avocats colombiens en est certainement une.

    Selon les chiffres officiels, fournis par le bureau du procureur, au cours des dix dernières années, plus de 4.400 cas de meurtres, agressions, harcèlements, … contre des avocats ont été signalés en Colombie. Plus de quatre cents avocats ont été tués en Colombie depuis 1991, et onze l’ont été, dans la seule région de Valle del Cauca, durant les huit premiers mois de l’année 2013 !

    Ce vendredi 24 janvier 2014 est l’occasion, pour tous les avocats européens, de manifester leur indignation. Les avocats belges se réuniront à 12h30, en robe, devant l’ambassade de Colombie, avenue Franklin Roosevelt, 96 à Ixelles.

    Que tous ceux qui auront la possibilité d’être présents se mobilisent.

    Il est aussi des raisons ordinaires de s’indigner.

    L’affaire Wesphael nous donne l’occasion de mettre à nouveau en lumière les abus de la détention préventive.

  • La généralisation des marchés publics de services juridiques : pièges à éviter !

    Sur le principe, la généralisation du recours à la procédure de marchés publics pour attribuer les missions de services juridiques des administrations publiques ne souffre pas beaucoup de discussion.

    Certes, il est des hypothèses où le choix d’un avocat doit nécessairement reposer sur un lien de confiance particulier, qui ne se prête pas à une quelconque catégorisation ou évaluation. Il en est ainsi, notamment, lorsqu’il s’agit de défendre l’institution – ou ses dirigeants – dans une procédure pénale, par exemple.

    Mais lorsque les services à rendre portent sur un contentieux de masse (récupération de créances, gestion d’un contentieux social, par exemple) ou sur l’élaboration d’un projet de dispositions normatives ou d’un plan, rien ne semble s’opposer à ce que le choix s’opère sur la base de critères objectifs : il s’agit alors de sélectionner l’avocat qui semble le plus apte à accomplir la mission que l’on souhaite lui confier.

    En pratique, les choses sont moins simples.

    Premier obstacle, il faut définir des critères de sélection (ceux qui permettront de retenir les quelques candidats qui participeront au choix final) et d’attribution (ce qui permettront d’emporter la décision) pertinents.

  • Mot du président - 09/01/2014

    Le statu quo est inhumain.

    On n’a pas assez d’essence pour faire la route dans l’autre sens… On avance, on avance.

    Toute période de crise est occasion de changement. Certains s’y perdent : ce sont les attentistes. D’autres en émergent, ce sont les opportunistes.

    Dans quel camp serons-nous ?

    Nous ne pouvons pas nous le cacher, la Justice est en crise.

    Aurait-elle pris une place trop importante au cours des dernières décennies ? Notre société souffrirait-elle d’une hypertrophie du troisième pouvoir ?

    Je ne parierais pas que certains, au sein des deux autres pouvoirs, ne le pensent pas. Et, si l’on me disait que les restrictions qui, un peu partout dans le monde, sont imposées aux budgets consacrés à la Justice procèdent d’une volonté (plus ou moins) délibérée de réduire l’influence de ces éternels empêcheurs de gouverner en rond que sont les magistrats et les avocats (quand ils sont indépendants !), vous ne m’en verriez pas surpris.

    La crise de la Justice n’est en réalité qu’un épiphénomène de la crise de notre société.
  • Paiement des indemnités des permanences Salduz

    Bel-RTL m'interroge à propos de l'annonce du paiement des permanences Salduz (seulement du 1/1 au 31/8/2012). Un premier geste encourageant mais insuffisant (le 26/12, à 9:04) : http://www.rtl.be/belrtl/page/bel-rtl-premiere-radio-francophone-belge-ecoute-en-ligne-concours-jeux-podcast-mp3/3215.aspx http://www.rtl.be/info/belgique/politique/1057223/loi-salduz-la-ministre-de-la-justice-debloque-8-millions-d-euros-pour-payer-les-gardes-des-avocats
  • La balance c'est le bâtonnier !

    Ma contribution au rapport spécial édité à l'occasion du 20e anniversaire de la CTIF. Il est essentiel que ce soit le bâtonnier qui filtre les dénonciations de soupçon que les avocats doivent transmettre à la CTIF. Le bâtonnier a la charge d'assurer le juste équilibre entre les exigences du secret professionnel et le respect des dispositions légales en matière de prévention du blanchiment de capitaux.

Pages