Mes billets

  • Indépendance ! - Mot du président - 15/10/2015

    Ainsi, la Belgique est devenue ce mardi soir, aux yeux de la FIFA, la première équipe de football du monde.

    Passons sur le fait que, comme le souligne la presse spécialisée dans le foot, pour arriver à ce statut envié, notre équipe nationale n’a battu ni le Brésil, ni l’Argentine, ni l’Allemagne, ni l’Italie, ni l’Espagne, ni … Constatons simplement que, dans le même temps, elle ne doit son statut de sixième tête de série du prochain championnat d’Europe qu’à l’étonnante déroute des Pays-Bas, pourtant classés avant eux dans leranking européen.

    C’est que ces deux classements sont indépendants l’un de l’autre (soit dit en passant, manifestement plus que ne le sont les présidents des deux vénérables institutions qui gouvernent le football européen et mondial…).

    In-dé-pen-dant. Quel beau mot pour une réalité si prosaïque ! Peut-être est-il, dans ce cas, galvaudé.

  • AVOCATS.BE agit en cessation contre le site L'avocat-en-ligne.be

    L'émission On n'est pas des pigeons de ce lundi 12 octobre a dénoncé l'existence d'un site proposant des consultations en ligne, émanant de soi-disants avocats : Avocat-en-ligne.be.

    Interrogé par les réalisateurs de l'émission (http://www.rtbf.be/video/detail_on-n-est-pas-des-pigeons?id=2050697), j'ai dénoncé cette pratique en soulignant le caractère inapproprié, inexact et exagérément onéreux des "conseils" prodigués.

    Nos règles déontologiques sont bafouées.

    AVOCATS.BE a chargé son conseil d'agir en cessation contre ce site.

  • Pot-pourri 2 : la réforme de la Cour d'assises en question

    La première rend compte de la Conférence de presse d'AVOCATS.BE sur le projet pot-pourri 2 qui comporte, notamment, une réduction du champ de la Cour d'assises (limitation aux "crimes de sang") mais, aussi et surtout, une série de mesures annexes (augmentation de la prescription, augmentation des peines, réduction des possibilités de libération en matière de détention préventive, limitation du pouvoir d'individualisation de la peine par les magistrats,...) qui ne pourront que contribuer à une augmentation de la surpopulation carcérale. Avec aussi des interventions de Françoise Tulkens, ancienne juge à la Cour européenne des droits de l'homme, et de Paul Martens, ancien président de la Cour constitutionnelle.

     

    http://www.rtbf.be/radio/podcast/player?id=2049773&channel=lapremiere

  • #Agissons, #Poursuivons - Mot du président - 01/10/2015

    Avez-vous déjà observé une mouche tentant de s’évader d’une pièce en se tapant sur la vitre d’une fenêtre fermée ? Elle essaie, elle recommence, elle insiste, elle s’escrime, elle s’épuise, sans résultat.

    Pourtant, si elle pivote de 90 ou 180°, elle constatera qu’il y a, à quelques mètres, une porte ouverte, par laquelle elle pourrait si facilement quitter cette maudite pièce où elle se sent enfermée…

    Don’t try harder… nous disent les américains. Il est généralement inutile de reproduire des efforts identiques, même en les amplifiant, si l’on veut obtenir des résultats différents. Si vous agissez de la sorte, vous ne risquez qu’une chose : le burnout[1].

    C’était le constat de base du congrès du 29 mai 2015, #Agissons.

  • Pot-pourri, pot-au-feu, pot de terre, pot de fer - Mot du président - 17/09/2015

    Il y a concertation et concertation… Il y a audition et audition…

    Celles qui ont été organisées en prélude à l’adoption, que l’on nous annonce pour la première semaine d'octobre en séance plénière de la chambre, font manifestement partie de la deuxième catégorie : la mauvaise … !

    Le projet Pot-pourri I, qui comporte essentiellement des modifications à apporter à notre droit judiciaire, a été transmis par Monsieur le ministre de la Justice aux différents acteurs intéressés. Monsieur le ministre s’est personnellement déplacé auprès de leurs organes représentatifs pour recueillir leurs observations. Nombre d’entre eux ont complété leurs observations orales par des notes écrites, argumentées. Tel fut notamment le cas d’AVOCATS.BE.

  • Les droits de l'homme sont solubles dans la haine - Mot du président - 03/09/2015

    La crise des migrants – puisque c’est par cet affreux mot qu’il semble convenu de l’appeler – fait vaciller notre modèle de société. Sous la prétendue pression que l’actuel afflux de réfugiés exerce sur nos pays, nous en venons à oublier, et les principes fondamentaux sur lesquels nous avons construit nos démocraties, et des évidences solaires.
     
    Au rang des secondes, il faut rappeler que les pauvres gens qui sont aujourd’hui jetés sur les routes, livrés aux mains des passeurs, exploités, rançonnés, entassés dans des cales de bateau ou des compartiments frigorifiques, enfermés derrière des barbelés (tiens cela nous vous rappelle rien), sacrifiés, ne le sont que parce nous, occidentaux, avons été porter l’exploitation, la déstabilisation et la mort chez eux. Certes, nous ne sommes pas responsables de tout. Sans l’intervention américano-anglaise en Irak, la Syrie ne serait pas aujourd’hui un Eden. Sans la colonisation (et la décolonisation), l’Afrique ne serait pas aujourd’hui un continent de paix et de fraternité. Mais il faut reconnaître que, bien plus que la civilisation, c’est la pauvreté, l’exploitation, la mort et l’indignité que nous avons apportées dans ces pays.
     
    Rappelons d’ailleurs que, parmi ceux qui détruisent des temples, qui asservissent et violent des femmes, qui pillent et qui incendient, qui trucident et qui décapitent, il y a des jeunes qui viennent de chez nous, et pas si peu.
     

  • Pot Pourri ? - Mot du président - 02/07/2015

    Le volet pénal du plan justice que Monsieur le ministre Koen Geens nous avait présenté au début de cette année 2015 avait suscité de sérieux espoirs.
     
    AVOCATS.BE s’était réjoui, notamment dans les colonnes de cette Tribune, de la volonté affichée par le ministre de lutter contre la surpopulation carcérale, de favoriser les alternatives à la peine privative de liberté, dont il était annoncé qu’elle serait réservée aux infractions les plus graves, et de réduire drastiquement le recours à la détention préventive, notamment en en limitant la durée maximale.
     
    C’est donc avec une certaine impatience qu’AVOCATS.BE attendait la communication du projet de loi « pot-pourri II » (quel drôle de nom quand même pour un projet de loi), dans l’espoir que celui-ci concrétiserait ces déclarations d’intention.
     
    Force est malheureusement de constater que l’on en est loin.
     
    Plusieurs des mesures envisagées par le projet accroîtraient nécessairement la surpopulation dans les prisons :

         - Si tous les crimes deviendraient correctionnalisables, le taux des peines augmenterait, pour atteindre un maximum de 40 ans d’emprisonnement (en combinant cette mesure avec les limitations déjà apportées aux possibilités de libération conditionnelle, on ne serait pas loin de peines incompressibles) ;

Pages