Mes billets

  • Jacques Henry (1927-1987)

    Jacques Henry, un souffle qui nous porte depuis 30 ans

    Le 1er avril 1987, le bâtonnier Jacques Henry était tué lors d'une fusillade au Palais de justice de Liège.

    Trente ans après, les avocats se souviennent. Le 29 mars 2017, un cérémonie d'hommage a eu lieu au Palais de Justice. Deux jours plus tard, la J.L.M.B. lui dédiait un numéro spécial, consacré au droit de la jeunesse.

    Les textes publiés en ces deux occasions sont reproduits dans la brochure annexée. Nous les devons aux plumes de François Dembour, bâtonnier du barreau de Liège, Michel Mersch, ancien bâtonnier du barreau de Liège, associé de Jacques Henry, Pierre Defourny, conseiller à la Cour d'appel de Liège, qui fut son dernier stagiaire, Jean-Pierre Buyle, président d'AVOCATS.BE, Dominique Matthys, président de l'O.V.B., Michel Van Doosselaere, qui était bâtonnier du barreau de Bruxelles en même temps que Jacques Henry l'était à Liège, Eric Lemmens, ancien bâtonnier du barerau de Liège, qui était à ses côtés lors de la fusillade, Patrick Henry, rédacteur en chef de la J.L.M.B., Cécile Delbrouck et Malvine Chapelle, ancienne présidente et présidente de la Commission jeunesse du barreau de Liège, et Françoise Tulkens, ancienne vice-présidente de la Cour européenne des droits de l'homme.   

  • Michel Westrade

    Dans la J.L.M.B. 2017/16 du 21 avril 2017, je rend hommage à Michel Westrade, qui était membre de notre comité de direction et qui vient de nous quitter.

     

    Mes voies ne sont pas vos voies.

    J’aime bien cette photo de Michel. Il y a sa pipe, qui le quittait rarement, comme si elle était une attache qui l’aurait lié à un monde plus éthéré, un monde qui lui aurait mieux convenu.

    Il y a les livres, qu’il aimait tant, qu’il dévorait, qu’il écrivait, avec cette plume si particulière, soucieuse du détail, pointilliste, comme s’il cherchait à traduire une profondeur que, forcément, nous ne parvenons jamais à appréhender totalement puisqu’elle tient aussi à l’âme.

    Et il y a son regard, plongé dans l’insondable, comme absorbé par une indicible mélancolie.

     

    Pour lire la suite,

  • Barcelone, le soleil, le droit des jeunes et la F.B.E.

    Le bâtonnier Oriol Rusca

    Barcelone, le soleil, le droit des jeunes et la F.B.E.

    La rentrée de Barcelone c’est comme le printemps qui revient. On monte dans un avion sous la drache nationale et, trois heures plus tard, on mange des tapas sur une terrasse avec vue sur la Sagrada Familia …

    Puis, il y a une séance de rentrée, un peu longuette. Défilent les stagiaires de l’année (heureusement représentés par deux d’entre eux, car ils sont un bon millier), les jubilaires de 25 (près de deux cent), 50 (plus de vingt-cinq) et 75 (ils sont encore trois !) années de pratique, ainsi que ceux auxquels le barreau rend un hommage spécial. Cette année, l’O.N.G. Proactiva Open Arms, qui tente de recueillir en mer un maximum de réfugiés, figurait au rang des lauréats, ce qui constituait une belle introduction aux travaux du lendemain.

    Le samedi, après un banquet au cours duquel nous n’avons guère eu l’occasion d’éprouver la solitude, séance traditionnelle de travail. Les Trobades de Barcelona rassemblent les bâtonniers du monde depuis 1984 pour des échanges sur des sujets d’actualités. Depuis 1988, ils sont rebaptisés Mémorial Jacques Henry, en hommage à celui qui, à l’époque, avait soufflé au bâtonnier Antonio Plasencia l’idée de ces rencontres.

    https://gallery.mailchimp.com/d552fd66716b81b8fb8f922cc/files/12ab815c-2...ée_Bracelone.pdf

  • Le secret professionnel des travailleurs sociaux est menacé

    Je participais, ce 8 février 2017, à l'émission de Fabienne Vande Meerssche, le Forum de l'Info, sur la première, en compagnie de Yvon Englert, recteur de l'ULB, Georges Dallemagne, député CDH, et Jean Spinette, président des CPAS Bruxellois.

    Retrouvez ici ce débat (mon intervention, à partir de la minute 41).

    http://www.rtbf.be/auvio/emissions/detail_midi-premiere-le-forum?id=8635

     

  • L'avocat est un homme libre

    « L’avocat est un homme libre » (Michel Franchimont, 2 avril 2004)

    Le 13 mai 1987, alors que Michel Franchimont s’apprêtait à prendre ses fonctions de bâtonnier, la Cour de cassation admettait, pour la première fois, que l’état de nécessité pouvait justifier qu’il soit fait exception au secret professionnel, en cas de péril grave, imminent et irrésistible. Depuis, cette théorie a été consacrée par l’article 458bis du Code pénal qui visait d’abord à permettre la dénonciation de faits constituant un péril grave pour la santé physique ou psychique de mineurs et dont le champs a ensuite été étendu à l’ensemble des personnes dites « vulnérables ». Aujourd’hui, une proposition de loi a pour objet d’introduire un article 458ter permettant la dénonciation d’actes à visées terroristes.

  • Un milliard pour l'assistance judiciaire !

    « Un milliard pour l’assistance judiciaire » (Michel Franchimont, 17 avril 1989)

    Le 17 avril 1989, en présence de Melchior Wathelet, vice-premier ministre et ministre de la Justice, Michel Franchimont inaugurait, dans l’ancien palais des Princes-Évêques, le nouveau local du Bureau de consultation et de défense. Brossant le tableau de la situation dans les pays qui nous entourent et prenant appui sur les articles 6 et 13 de la Convention des droits de l’homme, il réclamait un plus que décuplement du budget déjà très chichement accordé par notre État à l’aide juridique. Que l’on passe de 75 millions (on en annonçait 95 dans un proche avenir) de francs belges à un milliard.

    Aujourd’hui, les B.C.D. ont cédé la place aux B.A.J. Le budget de l’aide juridique tourne autour des 75 millions … d’euros (3 milliards de francs belges) et nous en réclamons 20 de plus, par l’intermédiaire d’un Fonds, pour obtenir une indemnisation qui avoisinerait 75 euros l’heure.

  • L'intelligence artificielle : l'outil dont les avocats ont besoin

    Le 21 octobre 2016, le C.C.B.E. organisait à Paris son premier grand colloque sur le thème "L'innovation et l'avenir de l'avocat".

    J'ai été invité à y prendre la parole au cours de la table ronde consacrée à l'avenir des services juridiques.

    Voici le texte du discours que j'ai prononcé : "L'intelligence artificielle : l'outil dont les avocats ont besoin".

  • L'intelligence artificielle : l'outil dont les avocats ont besoin

    Le 21 octobre 2016, le C.C.B.E. organisait à Paris son premier grand colloque sur le thème "L'innovation et l'avenir de l'avocat".

    J'ai été invité à y prendre la parole au cours de la table ronde consacrée à l'avenir des services juridiques.

    Voici le texte du discours que j'ai prononcé : "L'intelligence artificielle : l'outil dont les avocats ont besoin".

Pages