Droits de l'homme

AVOCATS.BE assigne l'Etat Belge : mettre fin à la surpopulation carcérale

Ce 8 juin 2015, AVOCATS.BE introduit trois actions en justice pour que l'Etat Belge soit contraint d'adopter et de mettre en oeuvre un plan qui éradiquerait la surpopulation carcérale. Les conditions de promiscuité, d'inconfort et de misère induites par une surpopulation qui est de 20% en moyenne mais atteint plus de 40% dans certains établissements font des prisons belges une machine à créer des bêtes sauvages. Punir c'est éduquer. Eviter la récidive. Or notre régime favorise la récidive.

Le confinement par les nuls, par Nicolas Thirion

Le confinement par les nuls, par Nicolas Thirion, Louvain, PUL, 2021, 236 pages, 19,5 euros.

Tout au long de la crise sanitaire, c’est au contraire une version médiévale de la liberté qui a tenu le haut du pavé : si nous sommes libres (de ne pas porter le masque en extérieur, de recevoir plus ou moins de personnes chez nous, d’assister à un spectacle ou à une séance de cinéma, etc.), c’est parce que et aussi longtemps que l’exécutif le veut bien, à la manière de ces seigneurs féodaux qui concédaient certaines libertés aux habitants du bourg au moyen de franchises, toujours révocables. C’est une prétendue libérale – Madame Wilmès – qui, à l’issue du CNS du 30 avril 2020, cracha ingénument le morceau sur ce que devait désormais signifier la « liberté » en temps de pandémie : « tout ce qui n’est pas autorisé n’est pas permis ». Si « liberté retrouvée » il y a, c’est donc plutôt d’une liberté d’Ancien Régime qu’il s’agit.

AVOCATS.BE et le barreau de Liège-Huy soutiennent Aysel Tugluk

Pascal Bertrand, bâtonnier du barreau de Liège-Huy, joint sa voix à celles de nombreux autres bâtonniers et présidents d'organisations d'avocats pour prier le Haut-Commissaire aux droits de l'homme des Nations-Unies d'intervenir auprès des autorités turques pour demander la libération, ou en tout cas l'hébergement en hôpital, de l'avocate Aysel Tugluk, condamnée à plusieurs reprises pour des délits d'opinion et détenue sans discontinuer depuis 2016. Elle souffre de graves problèmes de santé, notamment psychiatriques, provoqués par ses conditions d'emprisonnement.

Nous sommes toutes et tous de mauvais avocats - lettre ouverte à Sammy Madhi

Avec 160 autres avocats, en ma qualité de président d'Avocats sans Frontières, je cosigne une lettrreaouverte à Sammy Madhi, secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration, pour dénoncer l'inacceptable absence de critères objectifs qui préside aux procédures de régularisation des sans-papiers

https://www.lalibre.be/debats/opinions/2021/12/10/nous-sommes-toutes-et-...

Pages